KÉPI "FOULARD" D'UN COMMANDANT D'INFANTERIE, Troisième République.

Calot et turban en drap fin garance, bandeau en drap fin noir, soutaches de grade dorées, du modèle après 1883.
Les petits boutons dorés, timbrés de la grenade enflammée, symbole de l'infanterie, maintiennent et la fausse jugulaire en traits dit côtelés dorée à la couleur de l'arme, et la jugulaire à doubles coulisses de cérémonie en cuir noir verni bordés d'une fine soutache or.
Dessus du calot orné de noeuds hongrois en soutache or à trois brins, en usage pour les officiers supérieur.

Sur le devant de coiffe est fixée une grenade enflammée en métal embouti doré, cocarde en tissu aux couleurs tricolores, pompon sphérique de 35mm de diamètre en cannetille dorée.
Cet usage, fréquent lors du port de la grande tenue, fut modifié en novembre 1910 avec la suppression du pompon héritier du shako remplacé par un plumet.

Visière en cuir verni noir, doublé de maroquin noir.

Intérieur de coiffe en soie noire sans marque du fabricant.

Bandeau intérieur en cuir en cuir fin noir.

 

 

               KÉPI "FOULARD" D'UN CAPITANE D'ARTILLERIE

                                        GRANDE TENUE

                                 TROISEME REPUBLIQUE

 

De forme 'Saumur' ou 'Foulard', c'est à dire avec turban et calot de forme large et évasé, en drap fin noir, soutaches de grade or, du modèle adoptée après 1883.

Calot orné d'un noeud hongrois à brin simple, propre aux officiers subalternes.

Petits boutons dorés, estampés des symboles de l'Arme, maintiennent et la fausse jugulaire dorée à la couleur de l'arme, et la jugulaire à doubles coulisses de cérémonie en cuir noir verni bordés d'une fine soutache or.

Jugulaire à coulisse qui est une entorse aux règlements, car les artilleurs ne devraient pas en porter, mais que l’on rencontre de temps en temps, même pour les officiers.

                                       Plus de détails ici

Sur le devant de bandeau comme de règle dans la configuration de grande tenue, canons croisés et grenade enflammée en laiton agrafés sur le devant, ainsi qu'une cocarde en soie aux couleurs nationales bleu-blanc-rouge, surmonté d’un pompon sphérique de 35mm de diamètre en cannetille or.

Cet usage, fréquent lors du port de la grande tenue, fut modifié en novembre 1910 avec la suppression du pompon héritier du shako remplacé par un plumet

Visière en cuir verni noir, doublée de maroquin en cuir gaufré vert bronze.

Intérieur de coiffe en soie bleu , bandeau de transpiration en cuir fin de couleur noir.

Etat, pratiquement neuf.                                    

Képi de capitaine d'artillerie Mle 1886